nos partenaires
 
 
 
 
 

Les parents

Tout dépend des rapports que vous entretenez avec vos parents, de leur âge ou de leurs affinités. Loin de nous l’idée de vous dire quelle place donner à vos parents lors de votre mariage ! Par contre, selon les cas, ces quelques lignes pourraient vous être utiles.
Si votre mariage est un moment qui marque un tournant dans votre vie, il l’est aussi pour vos parents. En effet, quand sa fille ou son fils se marie, c’est une partie de soi qui s’engage sur une nouvelle voie. Ce n’est pas anodin. Tout parent normalement constitué souhaite le bonheur de son enfant. L’idée du bonheur peut varier d’une personne à l’autre. Il y a des chances que vous n’ayez pas la même conception de ce qui vous rend heureux(se) que vos parents. Ils auront leur idée de ce qui fait un beau mariage et celle-ci ne sera pas nécessairement la même que la vôtre. En être conscient et l’accepter permet d’éviter des frictions inutiles. Un mariage est une union, le symbole d’un nouvelle « unité », qui existera indépendamment des parents. Faites vos choix en fonction de votre couple. Votre mariage doit ressembler à vous et non à vos parents. Par contre, laissez-leur une place de choix. Si vos relations sont bonnes, si vous êtes reconnaissants de ce qu’ils vous ont apporté, c’est le moment de le faire savoir. Non pas en faisant des concessions sur le menu, les fleurs, le dîner ou le lieu de la fête, mais en leur octroyant un temps pour qu’ils puissent s’exprimer. Réfléchissez aux mots que vous leurs adresserez lorsque vous prendrez la parole.
Veillez aussi ce qu’ils soient bien installés, entourés d’amis et de proches qui comptent. Si vous avez la chance d’avoir une réelle complicité avec vos parents, rien ne vous empêche de les faire participer à tous les préparatifs mais veillez à une chose : c’est votre mariage, leurs préférences passent au second plan. Beaucoup de malentendus viennent de problèmes de communication. Voici ce qui arrive parfois : votre mère aimerait vous aider en participant aux préparatifs mais vous êtes entre deux sentiments. Vous aimeriez faire les choses comme vous le voulez mais vous avez peur de la décevoir. Vous allez faire des concessions tout en n’avouant pas à votre mère ce qui se trame en vous. Votre mère n’aura pas non plus un langage clair : soit elle sera hésitante soit elle sera poussée par son instinct de protection à vouloir tout régenter. Ce qui aura le don de vous énerver. Au final, personne n’osera exprimer ses doutes. Les frustrations laissent des traces dans votre mémoire. À terme, ils se transformeront en regrets. C’est bien la dernière chose que vous souhaitez. Il suffit parfois d’une bonne discussion à cœur ouvert, un moment où vous prenez le temps de formuler un message clair l’un(e) vers l’autre, chacun(e) en parlant au nom de soi-même et non en attribuant des intentions à l’autre qui n’existent finalement que dans l’interprétation que vous avez de vos rapports. Une fois que les choses sont dites avec bienveillance et entre adultes, la solution se révèle souvent bien plus simple qu’on ne l’aurait imaginé.
Douchka van Olphen

  |   Envoyer à un ami   |   Imprimer   |   Retour à la liste   |